Lyon : Rencontre avec Susan POLGAR

Publié par Nicolas le

A l’initiative de l’ECAM Lyon un sport Études Échecs en École d’Ingénieur va être lancé à Lyon en septembre prochain. A cette occasion Susan POLGAR est venue rendre visite à l’ECAM et au club Lyon Olympique Échecs, partenaire du projet.

Suzan Polgar, Championne du Monde de 1996 à 1999, fondatrice de la « Susan POLGAR Fondation » et de la « Susan POLGAR Institute for Chess Excellence (SPICE) » a répondu à quelques questions.

A quel âge avez-vous appris à jouer aux Échecs ?

J’avais quatre ans quand j’ai appris la marche des pièces.

Quel est votre meilleur souvenir aux Échecs ?

Quand j’ai « cassé » la barrière des sexes en devenant la première femme de l’histoire à devenir GMI (Grand Maître International).

D’où tirez-vous toute cette énergie ?

J’adore ce que je fais, ce n’est pas du travail, c’est ma passion.

Susan POLGAR et les Féminines du Lyon Olympique Échecs

Nous savons que vous êtes très engagée auprès des Échecs au Féminin, pourriez-vous nous en dire plus ?

Je suis très fière que ma fondation ait attribué pratiquement 6 millions de dollars en bourses, prix et argent à de jeunes joueurs, dont plus de la moitié sont des filles. Mon institut SPICE a modifié les Échecs universitaires aux USA. Maintenant de nombreux GM (Grands Maîtres) peuvent mener de front leurs études tout en progressant rapidement dans le jeu grâce à ma méthode d’entraînement exclusive.

Susan POLGAR à l’ECAM accompagnée à sa droite Didier Desplanche Directeur Général ECAM Lyon
et sa gauche Bachar KOUATLY Président de la Fédération Française des Échecs et Christophe MATHIEU de l’ECAM Lyon

Vous êtes devenue la Marraine de l’ECAM Lyon pour le projet Sport Étude Échecs. Pourquoi ?

Je suis toujours prête à améliorer mes capacités au Échecs, même en temps qu’entraîneuse. Je suis intéressée par tout ce qui peut aider l’esprit humain. Si l’on veut devenir Grand Maître International (GMI), 5 heures par semaine ne suffisent pas. De plus chaque joueur doit évaluer ses forces et faiblesses. L’entraînement au hasard ne produira pas de résultats probants.

Depuis la défaite de Garry Kasparov face à l’ordinateur en 1997, le jeu d’Échecs a évolué en lien avec l’intelligence artificielle, notamment avec « Alpha Zero » de Google. Selon-vous où cela va-t-il nous amener ?

L’Intelligence Artificielle aidera les hommes à devenir de meilleurs joueurs ; les ordinateurs sont nos amis aux Échecs, pas nos ennemis.

Quels sont vos projets pour le jeu d’Échecs pour ces 10 prochaines années ?

Rendre le jeu plus populaire auprès des femmes, élever le niveau du jeu. J’espère former des joueuses à 2700 et plus.

Susan POLGAR et tous les jeunes du Lyon Olympique Échecs

Quels conseils pourriez-vous donner à nos jeunes lyonnais pour progresser aux Échecs ?

En premier lieu, chaque jeune joueur doit se demander ce qu’il recherche aux Échecs. Alors seulement on peut se rendre compte de l’effort nécessaire pour s’entraîner. Par exemple si l’on veut devenir un GMI, 5 heures par semaine ne suffiront pas. De plus chaque joueur doit évaluer ses forces et ses faiblesses. L’entraînement au hasard ne produira pas de résultats probants

Quelle est la conclusion de votre voyage ?

J’adore la France. Il y a tant d’histoires, de beaux paysages, d’architectures… et bien sûr une cuisine exceptionnelle !

N’oubliez pas !

Conférence de Presse ce mardi 24 avril à 17h et venez affronter les meilleurs français et indien en simultanées (un champion face à 25 adversaires)

Vendredi 26 avril nuit des Échecs de 20h à 24h
24 avril au 28 avril poursuite des tournois internationaux inscription jusqu’au 26 avril possible


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :